Revenir au site

WEB SUMMIT - Edward SNOWDEN

· privacy,gdpr,rgpd,activisme,websummit

Edward SNOWDEN

Un des moments phares de ce WEB SUMMIT fut l'ouverture par Edward SNOWDEN qui a placé le sommet immédiatement dans un contexte fortement influencé par la privacy et le politique

Retrouvez ici les principaux extraits de cette intervention

J'ai deux messages : un est technologique et l'autre démocratique. Lorsque nous parlons de technologie, la principale distinction (...) c'est que la collecte de renseignements et la surveillance de façon plus générale ont littéralement changé . Ce n'était plus la surveillance ciblée du passé où la police ou les espions visaient un suspect et allaient fouiller dans leur maison ou leur bureau, allaient voir la compagnie de téléphone, et faisaient mettre sur écoute leur ligne pour écouter des "méchants". Au lieu de cela, ils ont commencé à surveiller tout le monde, partout et tout le temps, en accumulant autant d'informations qu'ils le pouvaient, même pour les personnes qui n'avaient rien fait de mal. Même pour les personnes qui n'étaient pas soupçonnées d'avoir fait quelque chose de mal, simplement parce que cela pourrait éventuellement un jour être utile et qu'ils n'auraient pas assez d'éléments pour l'attraper plus tard . Ils voulait anticiper la surveillance des gens avant qu'ils aient enfreint la loi. C'est ce que j'appelle la création du nouveau dossier permanent. (...) Et c'est ce qui nous amène au problème démocratique. La loi n'avait pas d'importance. Les tribunaux n'avaient pas d'importance. Vos droits n'avaient pas d'importance, parce que le système les avait redéfinis et compromis et ce dans le secret absolu. Et cela nous interroge sur ce une chose à laquelle, je pense, nous sommes encore confrontés aujourd'hui : Que faire lorsque les institutions les plus puissantes de la société sont devenues les moins responsables devant la société.

C'est la question à laquelle notre génération doit répondre.

A propos de GDPR et de la législation

Il s'agit d'une bonne mesure législative en apparence et un vrai effort mais je pense que l'erreur réside dans le nom même. Le règlement général général sur la protection des données. Le problème n'est pas la protection des données. Le problème, c'est la collecte de données. Le droit de réglementer la protection des données présume que la collecte de données était ok, qu'elle ne représentait pas une menace ou un danger, Il serait acceptable d'espionner tout le monde tout le temps, que ce soient vos clients ou vos citoyens, tant que ces données ne fuitent pas , tant que vous êtes le seul à contrôler. Et je dirais que non seulement c'est inapproprié, mais qu'en plus si nous avons appris quelque chose en 2013, c'est que tout finit par fuir. C'est une mauvaise stratégie.

A la question des amendes qui sont quand même un frein à faire tout et n'importe quoi :

C'est absolument pour cela que je dis que c'est un début et c'est significatif. Ce que je veux dire, c'est que ce n'est pas une solution, c'est que ce n'est pas l'Internet que nous voulons, même si le GDPR propose 4% des amendes sur les revenus mondiaux pour les géants d'Internet. Aujourd'hui, ces amendes n'existent pas. Et il y a le temps avant que nous voyons ces amendes appliquées chaque année aux géants de Internet il y a le temps avant qu'ils modifient leur comportement et commencent à se conformer non seulement à la lettre mais à l'esprit de la loi. C'est un tigre de papier. Et je pense que cela nous donne un faux sentiment de réconfort. Parce que ce sont ces entreprises qui sont les plus menaçantes sont aussi celles qui ont le plus d'avocats et qui sont le plus à même de miner le sens de cette loi le plus efficacement.

Ma génération, et la génération après moi ne possèdent plus rien. De plus en plus, ils n'ont pas le droit de posséder quoi que ce soit. Vous utilisez les services, et se crée un enregistrement permanent de tout ce que vous avez fait simplement en ayant votre téléphone sur vous dans votre poche. Vous n'avez pas même besoin de l'utiliser, mais simplement de l'avoir allumé : il enregistre votre présence à cet événement, en associant les points Wi Fi qui sont autour de vous avec les réseaux etc. Et c'est ce qu'on ignore : toutes ces entreprises, tous ces gouvernements collectent vos données avant de les protéger. Tout cela est très abstrait, mais les données ne sont pas inoffensives, les données ne sont pas abstraites. Presque toutes les données qui sont recueillies aujourd'hui concernent des personnes. Ce ne sont pas les données qui sont exploitées, ce sont les gens qui sont exploités, ce ne sont pas les données et les réseaux qui sont influencés et manipulés. C'est vous qui êtes manipulé. Et tout de suite. La raison pour laquelle il en est ainsi, et la raison pour laquelle la surveillance et la collecte posent tant de problèmes, c'est parce que nous devons faire confiance, à tous les membres d'un réseau en qui nous avons confiance, à tous les routeurs et à tous les fournisseurs de services Internet que vous utilisez. Si vous devez faire confiance à Cisco, Juniper, Huawei ou Nokia, nous avons un problème, parce que vous ne pouvez faire confiance à aucun d'entre eux, ils agiront tous dans leur propre intérêt, plutôt que dans celui du public en général, que ce soit une société privée ou une société nationale de télécommunications. C'est une institution de pouvoir, et nos communications sont aujourd'hui vulnérables à chacune d'entre elles jusqu'à ce que nous changions d'avis. Jusqu'à ce que nous redessinions le système de base de la connectivité et de Internet. De plus en plus de communications sont aujourd'hui cryptées ou protégées électroniquement, elles ne sont plus nues électroniquement lorsqu'elles traversent cette voie hostile, mais elles ne le sont pas toutes, même lorsqu'elles sont cryptées, on observe encore qu'on peut faire des choses avec..

La technologie n'est pas la seule chose qui peut vous protéger. Nous sommes la seule chose qui puisse nous protéger et la seule façon de protéger qui que ce soit est de protéger tout le monde. Merci, et restez libre.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK