Revenir au site

WEB SUMMIT POLITIQUE / CEE Margrethe Vestager

· websummit,gdpr,CEE,rgpd

Conversation de  Laurie Segall - Dot Dot Dot Media avec Margrethe Vestager - European Commission

Question à Margrethe VESTAGER : C'est super excitant d'être ici avec vous, quel moment extraordinaire compte-tenu de vos fonctions. Quand je préparais l'entretien on m'a dit que vous allez avoir plus de poids que n'importe qui d'autre dans le monde. Que vous seriez le régulateur le plus puissant des grosses technologies de la planète. Et je sais que vous avez élargi votre rôle maintenant. Comment vous sentez-vous à ce sujet ? Avant tout émotionnellement : qu'est-ce que ça fait ? 

Je me sentirais seule si ce n'était que pour ça. Parce que je sais qu'on dit qu'il faut un village pour élever un enfant. Je suppose qu'il faut une communauté comme celle-ci, en fait, pour que la technologie serve les humains, parce que c'est ce que nous allons faire.Les entreprises paieront leurs impôts. La véritable garantie d'un avenir innovant réside dans le maintien d'un marché ouvert afin que toute personne, petite ou grande, puisse rivaliser pour produire les meilleures idées, car il s'agit évidemment d'une question mondiale. Il ne s'agit pas d'Apple. Il ne s'agit pas d'Android. Il s'agit du comportement de Google. Que tout le monde participe au paiement de sa juste part, pas plus, pas moins. Un comportement illégal pour une entreprise dominante. Nous continuerons de nous concentrer, de faire des analyses et de garder un œil pour que la technologie nous serve et non qu'elle se serve elle-même.

La priorité sera toujours l'humanité. C'est la technologie qui devrait nous servir. Et nous avons besoin que les humains comprennent ce qui se passe pour créer ce qui se passe. Et pour ce faire, en tant que communauté. Les défis que nous devons relever pour faire que la communauté technologique soit la communauté des utilisateurs, beaucoup plus diversifiée, et aussi pour refléter le monde dans lequel nous voulons vivre. (...)

Mais l'essentiel de tout cela, c'est que nous avons peut-être de nouvelles technologies, mais que nous n'avons pas de nouvelles valeurs. Dignité, intégrité, humanité, égalité, rien ne change.

Vous êtes connu pour vous attaquer aux grandes entreprises de technologie. Les avez vous vues changer ? Pensez-vous qu'ils sont en train de changer leur comportement ? Et si ce n'est pas le cas, qu'est-ce qui le fera ? Y aura-t-il d'autres amendes ? Aux États-Unis, vous avez des candidats à la présidence qui parlent de les démanteler, qu'est-ce qui, à votre avis, les fera changer ?

Tout d'abord, ils sont différents. Leur approche est différente. Leur approche en matière d'application de la loi est différente. Ils sont également différents lorsqu'ils s'associent.. Mais si j'ai vu un changement, c'est essentiellement pour avoir des ambitions encore plus grandes. Si vous regardez les nouveaux services Google lancés, si vous regardez les plans Facebook Libra, si vous regardez les services de streaming Apple, vous voyez des ambitions encore plus grandes. Et cela me montre aussi que nous avons atteint un stade où l'application du droit de la concurrence ne peut faire qu'une partie du travail. Nous devons trouver le bon niveau de technologie pour encadrer la démocratie et dire que c'est ainsi que vous devriez nous servir.

Au sujet de LIBRA de facebook

D'abord et avant tout, nous essayons de comprendre ce que c'est. Et nous pouvons le faire. Nous pouvons l'examiner même si elle n'existe pas encore vraiment. Mais ce n'est pas seulement pour moi en tant que commissaire chargé de la concurrence. C'est toute la commission. Parce que nous avons des questions, non seulement sur les liens entre le produit Facebook et le produit de paiement, et sur la domination de Facebook, mais aussi sur le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme, les finances, la stabilité, vous savez, tout ce qui peut arriver quand on crée une monnaie qui ne relève pas de l'autorité.

On vous craint en Silicon Valley mais le régulateur US vous suit-il ?

C'était peut-être le cas, mais ce que je ressens, c'est un regain d'intérêt, non seulement de la part des autorités américaines, pour qu'elles commencent à poser des questions et à enquêter, à dire, eh bien, peut-être que nous avons aussi ici un rôle d'application de la loi à jouer. Et c'est très, très bienvenue.

Il y a un débat en cours sur Facebook, sur les publicités politiques. Twitter a tracé une ligne dure pour prendre la décision de les interdire. Jack Dorsey a dit qu'il n'autoriserait pas les publicités politiques sur le programme. Mark Zuckerberg dit qu'en dépit du fait qu'ils pourraient répandre des mensonges, ce ne devrait pas être aux entreprises de technologie de juger ce qui est vrai ? Essentiellement, ce n'est pas leur responsabilité. Je sais que vous réfléchissez, vous pensez beaucoup à ce genre de choses. Qui a raison, d'après vous ?

Eh bien, je pense que nous avons longuement discuté dans le monde réel de ce que nous voulons accepter et de ce que nous n'accepterons pas. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi ce n'est pas la même chose dans le monde numérique. C'est le cadre de nos débats démocratiques. Je ne comprends pas pourquoi cela devrait être différent dans un monde numérique. Et la deuxième chose, c'est que nous devrions peut-être faire encore plus, car le risque est de saper complètement notre démocratie. La démocratie est censée se dérouler au grand jour, où une publicité politique peut être vérifiée, contredite. Mais si c'est seulement dans vos flux, c'est seulement entre vous et Facebook. Et ensuite faire un reciblage en fonction de qui vous êtes, ce n'est plus de la démocratie. Il s'agit simplement d'une manipulation de facto privatisée de la personne pour qui vous allez voter.

Une partie de votre nouveau rôle consistera à établir l'ordre du jour de la réglementation concernant l'intelligence artificielle. Et nous nous dirigeons très certainement vers un avenir où l'IA pourrait être biaisée, ce qui pourrait certainement avoir des conséquences néfastes pour l'humanité. Comment voyez-vous votre rôle pour réglementer cela ? Quel genre de réglementation voyez-vous mettre en place à cet égard ?

C'est très délicat. La première chose que nous allons donc faire, c'est bien sûr d'écouter très, très attentivement les parties prenantes partout dans le monde, mais nous allons aussi essayer d'écouter rapidement. Parce qu'à l'heure où nous parlons, l'IA se développe. Et c'est merveilleux. Parce que je ne vois aucune limite à la façon dont l'intelligence artificielle peut soutenir ce que nous voulons faire en tant qu'humains. Prenons le changement climatique. Je pense que nous pouvons être beaucoup plus efficaces dans la lutte contre le changement climatique en utilisant l'intelligence artificielle. Je pense que nous pouvons aussi épargner aux gens le stress du temps d'attente entre l'examen médical et le résultat de cet examen, et peut-être aussi avoir des résultats plus précis dans ce domaine. Je pense donc que les avantages de l'utilisation de l'intelligence artificielle sont sans limites. Mais nous devons prendre le contrôle des pierres angulaires pour pouvoir lui faire confiance, pour qu'il y ait une surveillance humaine. Et, ce qui est très important, éviter tout biais. Parce que si nous acceptons les préjugés, alors nous ne faisons que reproduire le monde actuel. Et ce sera gravé dans le marbre

Je parlais récemment à quelqu'un qui dirige le Center for Human Technology, et il parlait des modèles de recommandation de l'IA qui sont en train d'être construits par Google, Facebook et Twitter et il disait, "ces compagnies en savent plus sur nous que nos médecins et nos avocats, nos confessionnaux de prêtres réunis, s'ils n'agissent pas dans notre intérêt, alors nous devrions pouvoir avoir des poursuites en recours collectif. Et c'est ainsi que nous devrions commencer à nous protéger à l'avenir. " Alors, c'est quelque chose à quoi vous pensez ? Envisagez-vous d'adopter des lois ou des règlements qui rendraient les plateformes plus responsables de ce qu'il y a sur leur plateforme ?

Ceci fait partie de ma lettre de mission. Le Président, m'a demandé de m'occuper exactement de cette discussion et de déterminer si nous allons faire pression pour une nouvelle législation afin de rendre les gens plus responsables. Mais il y a d'autres façons de faire face à ce dont vous parlez. Parce qu'une des choses que nous avons, c'est le GDPR qu'on pourrait considérer comme une sorte de droit numérique des citoyens. Nous avons besoin d'une meilleure protection et de meilleurs outils pour nous protéger de ce problèmes de traces que nous laissons partout. Je ne pense pas que nous soyons prêts à être technologiquement déshabillés ! Sans nos téléphones sans les gadgets que nous utilisons, sans les choses que nous aimons. Mais peut-être que nous aimerions être beaucoup plus en mesure de choisir le type de traces que nous laisserions derrière nous. Et cet aspect de l'équation devra également faire partie de la discussion. Comment pouvons-nous être mieux protégés contre le fait de laisser ces traces de données qui permettent aux entreprises de noter tellement de choses sur chacun d'entre nous, sans que nous puissions même nous en rendre compte nous-mêmes ?

Je suis moi-même très heureuse d'avoir des droits numériques. Et mon problème, c'est que j'ai beaucoup de mal à les faire respecter. Le seul résultat réel de ma lecture des conditions générales est la distraction que me procure l'injonction de vouloir lire l'article qui me demandait de chercher dans les conditions générales ! Nous avons donc besoin que cela soit compréhensible pour savoir à quoi nous avons affaire. Et nous avons besoin de logiciels et de services qui nous permettront de ne pas laisser le même type de traces que nous le ferions inconsciemment. Mais vous savez, je suis un peu libéral. J'espère vraiment que le marché nous aidera aussi ici parce que ce n'est pas seulement aux politiciens de s'en occuper, c'est dans une interaction avec le marché que nous pouvons trouver des solutions. 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK